LIVRAISON GRATUITE pour toute commande supérieures à €50,00

L’importance du sommeil pendant l’enfance

Article de Sarah Cummings

  Les effets immédiats d’une bonne nuit de sommeil sont évidents, on bondit du lit en se sentant invincible plutôt que de ramper en étant grincheux..

Les effets sur le long terme sont un peu moins évident et peuvent être inquiétants. Le manque de sommeil est étroitement lié à une longue liste de troubles mentaux et physiques graves - de l'obésité aux accidents vasculaires cérébraux, des maladies cardiaques à la dépression.

 

 

Il va presque sans dire que dormir suffisamment est essentiel pour notre santé. Ceci s'applique à tout le monde, peu importe l'âge, jeune ou âgé. C'est pourquoi nous devrions tous faire de notre mieux afin d’en tirer meilleur parti, y compris déterminer ceux sur quoi nous dormons.

 

Avoir un sommeil de qualité pendant l'enfance, néanmoins, prend un rôle encore plus essentiel. Dans les premières années de leur vie, votre enfant connaît un taux de développement physique et mental étonnant.

Une grande partie de ce développement se passe lorsqu’ils sont au repos. D'où la raison pour laquelle vos enfants dorment beaucoup. Si leur sommeil est régulièrement fragmenté, cela peut avoir un grand impact sur leur avenir. 
Ci-dessous, nous examinons les raisons pour lesquelles le sommeil est si important pendant l'enfance.


Développement précoce du cerveau

Le rythme de développement dans le cerveau d'un bébé dans les trois premières années de la vie est - à défaut d'une meilleure expression - assez hallucinant. À l'âge de trois ans, le cerveau d'un très jeune enfant aura triplé en poids et un nombre important d’un millier de billions de nouvelles connexions nerveuses se seront formées.

 


 

Pour mettre cela en perspective, à trois ans un enfant en bas âge a deux fois le nombre de connexions neuronales que l'adulte moyen. Tout au long de l'adolescence de nombreuses connexions superflues sont éliminées, ce processus s’appelle “élagage synaptique”.

Tout ce développement nécessite beaucoup d'énergie. On a estimé que près de 50% de l'apport en glucose d'un nourrisson est dirigé vers le cerveau. C'est aussi pour cette raison que nos petits ont besoin de beaucoup de repos.
Etant donné qu'il n'est pas inhabituel pour les nourrissons de passer plus de la moitié de leur journée à dormir, il n'est pas surprenant que la qualité de ce sommeil puisse avoir un impact sur le développement de leur cerveau.

Sommeil et développement précoce de la parole

Un certain nombre d'études ont montré une forte corrélation entre la façon dont un enfant dort et leur capacité à percevoir la parole. Une étude montre comment des enfants de 6 ans privés de sommeil s’en tiraient face à ses camarades bien reposés quand il s'agissait d'identifier le début des sons des syllabes. Un test qui est considéré comme un indicateur fort du développement du langage dans la vie plus tard.

 

 

Le résultat du groupe de jeunes enfants ayant un manque de sommeil s'est révélé nettement moins bonne que le groupe d’enfants bien reposé. À l'aide d’une IRMf, les chercheurs ont pu identifier des variations considérables entre les deux groupes dans cinq zones distinctes du cerveau.
L'élément le plus inquiétant de cette étude particulière était que pour faire parti du groupe privé de sommeil, il suffisait juste d'avoir manqué une heure de sommeil par nuit pendant une semaine.


Oui en effet, tout ce qu'il fallait pour avoir une différence distincte était une heure de sommeil manqué par nuit pendant une semaine. Maintenant, imaginez si un enfant a raccourci ou fragmenté le sommeil pendant toute son enfance! L'impact pourrait être extrêmement désavantageux.


Sommeil et performance scolaire

Cela peut sembler surprenant mais très peu d'études majeures à long terme ont été menées sur l'impact de la privation de sommeil sur les enfants, principalement en raison de préoccupations éthiques concernant le fait de garder nos enfants debout toute la nuit. Parmi les études qui ont été menées, une recherche connue sous le nom de “Millennium Cohort” a donné certains des résultats les plus révélateurs. 



 

La Millennium Cohort a suivi un groupe de 11 000 enfants nés au Royaume-Uni en 2000-2001. Les chercheurs qui se sont penchés sur les données produites par l'étude ont conclu que les enfants qui avaient des heures de coucher irrégulières avant l'âge de trois ans ont démontré un retard scolaire notable par rapport à leurs camarades bien reposés à l'âge de sept ans.
Les mauvais dormeurs se sont révélés être considérablement moins doués en matière de lecture, d'écriture, de mathématiques et même de conscience spatiale. Une étude canadienne similaire a révélé que les nourrissons qui dormaient moins étaient également plus susceptibles de développer des troubles liés à l'attention, comme le TDAH (trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité). Impressionnant!

 

 


Conclusion,

 L'importance du sommeil chez les enfants est encore un domaine de recherche relativement peu étudié. Ce que nous savons néanmoins, c'est que chaque indicateur suggère qu'un mauvais sommeil à un âge précoce peut avoir un impact négatif considérable sur le développement cognitif de nos enfants. Cela peut évidemment avoir un impact énorme sur leur performance scolaire au fur et à mesure qu'ils grandissent.


Cette connaissance est particulièrement préoccupante si l'on considère que la jeune génération actuelle souffre de troubles du sommeil à un rythme sans précédent. Les données du National Health Service (NHS: système de la santé publique du Royaume-Uni) suggèrent que les hospitalisations en Angleterre chez les enfants de moins de 14 ans souffrant de troubles du sommeil ont triplé au cours des 10 dernières années. 

Nous savons qu'il est souvent difficile de mettre nos petits au lit le soir, mais c'est notre rôle en tant que parent de veiller à ce que nos enfants aient le sommeil dont son corps et son esprit ont besoin.

 

 

 

 


Share this post



← Older Post Newer Post →